Shetland

L'archipel des îles Shetland s'étend au large de l'Ecosse et 
de la Norvège.

La preuve de la présence des poneys remonte à l'âge de bronze
 (2500 ans avant J.-C.).

Le climat rude de ces îles, balayées par des vents violents,
à la végétation très pauvre, a façonné un poney de petite 
taille d'une rusticité extrême.
Le Shetland ne toise pas plus de 107 cm au garrot. C'est un
 poney compact, à la musculature développée et à l'ossature 
dense et solide.
Sa tête est expressive, preuve d'intelligence et de malice.
Une encolure bien dessinée, un dos solide, une croupe
puissante, des membres secs et droits font du Shetland un 
poney de travail et de loisirs.
Ses allures doivent être franches et vives.
Il doit avoir des qualités de caractère calme mais enjoué,
ce qui en fait le complice incontournable des enfants.
 

UN COLOSSE.

Un Shetland peut facilement porter

jusqu'à 100 kilos, et tirer des charges

deux fois plus lourdes que lui !

Compte-tenu de sa taille, il développe

une force de traction deux fois plus

importante que celle d'un Boulonnais.
Pendant des siècles, les Ecossais

exploitent cette force exceptionnelle

pour transporter de la tourbe. Au 19ème

siècle, le Shetland prend le chemin des

mines de charbon anglaises, où il va

remplacer dans les galeries souterraines

les enfants de moins de dix ans, dont le

travail est interdit à partir de 1848…

les enfants lui doivent une fière chandelle !
Les effectifs de poneys Shetland dans le

urs îles natales diminue à cette époque

de façon vertigineuse.
A la même époque, sous le règne de Victoria

(1837-1901), d'autres Shetland connaissent

un tout autre sort : ils deviennent la coqueluche

des enfants de l'aristocratie britannique.

 


Il est alors de bon ton d'en posséder un dans son

jardin …
La Reine elle-même attelle des Shetland à sa voiture.

Tracter, ils ont çà dans le sang !
Il faudra attendre encore quelques décennies avant que le "phénomène poney" ne se

démocratise.
Depuis les années 1960, le Shetland représente le

poney de référence dans l'imaginaire de tous les enfants.

C'est leur première monture, taille et gentillesse obligent.
Ce poney a initié et continue de mettre en selle de nombreuses

générations de cavaliers, âgés de 5 à 12 ans.

UN COMPLICE INCONTOURNABLE

Ce poney a toutes les qualités pour initier à la baby-rando,

à condition que l'encadrement soit assuré par des professionnels,

qu'il soit bien éduqué et "bien dans sa tête".
Son caractère enjoué et docile, son centre de gravité très bas

le destinent aussi bien à l'équitation d'apprentissage qu'à la

compétition.

Dès le 2ème galop, un enfant de moins de 12 ans peut le monter

en compétition de saut d'obstacles, de dressage, de concours

complet, de pony-games, de horse-ball, de trec, de voltige …

 

 
 

Les carrousels de Shetlands en musique avec leurs cavaliers

costumés sont toujours du plus bel effet. Sur un parcours de

cross c'est un partenaire particulièrement courageux ; à

l'obstacle, il franchit facilement 50 cm et quelquefois beaucoup

plus !
Les enfants de 8 à 11 ans qui aiment les concours préfèreront un

Shetland de taille standard, le plus proche possible de 107 cm.


On ne rencontre jamais en compétition de Shetland miniature

(moins de 86 cm) car ils sont avant tout des poneys de

compagnie ou d'attelage pour les plus petits.

Loisirs, sport, compétition … un jeune cavalier pourra

tout tenter sur son Shetland standard !

Les pony-games

(Texte : Patricia VOELTZEL – photos : L'ECHO DES PONEYS)

 

Les pony-games sont des jeux imaginés, codifiés, puis exportés

d'Angleterre, comme la plupart de nos poneys.
Il s'agit de jeux d'équipe, de jeux d'adresse et de vitesse,

où les qualités des poneys sont mises en évidence.
Les cavaliers, âgés au maximum de 12 ans dans l'année, montent

et descendent des poneys en " à terre – à cheval ", ce qui

nécessite des poneys parfaitement dressés et respectueux de

l'enfant.

Le poney est monté avec un filet simple et une bardette, avec

ou sans étriers. Il doit avoir de la vitesse mais doit pouvoir s'arrêter instantanément pour que le cavalier pose un objet au sol ; il doit être très sociable avec les autres poneys (exemple : jeu "de la corde" ou "du groom" ). Il ne doit pas avoir peur du matériel qui peut être bruyant (bouteilles lestées de sable, etc…)
Ces jeux nécessitent un bon mental et un bon niveau de dressage

des poneys.
Ils sont particulièrement formateurs pour les enfants puisque

nous sommes dans " les trois fondamentaux de l'équitation ", à

savoir :

S'ÉQUILIBRER / AVANCER / TOURNER

Les pony-games sont une discipline en pleine expansion, avec un

Championnat de France qui réunit chaque année une cinquantaine

d'équipes comportant chacune 5 couples cavalier-poney, toisant

moins de 107 cm pour le poney.

Il existe 3 séries en fonction de l'âge du cavalier et de son

niveau de compétence :

  • A3 : cavaliers de moins de 10 ans (galop 4 maxi)
  • A2 : cavaliers jusqu'à 12 ans (galop 2 à 6)
  • A1 : mêmes conditions pour les cavaliers, mais davantage de
  • jeux à jouer

Extrêmement ludiques, les pony-games passionnent la plupart des

 

enfants par leur aspect collectif. Ils valorisent parfaitement

les poneys et les cavaliers.

LE PONEY D'ATTELAGE PAR EXCELLENCE

Puissant et maniable, il fait toujours des étincelles dans les

traits. Des adultes pratiquent même la compétition d'attelage

de haut niveau avec des Shetland, battant souvent des poneys

plus grands.

Maniabilité, puissance et courage, font du Shetland le poney

d'attelage par excellence.

Pour les loisirs ou la compétition,
pour les jeunes et les adultes,
seul, en paire, à trois ou à quatre,
le poney Shetland vous étonnera.


09/07/2007
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres